Roseline Juville quitte la présidence de la FOL mais continue le chemin!

L’Assemblée Générale de la FOL28 s’est déroulée samedi 24 mai dans le joli village de Conie Molitard, à l’invitation de l’association Créatif à Conie.
A cette occasion Roseline Juville a été fêtée avec émotion et enthousiasme à l’heure de son départ de la présidence de la FOL, après 21 mandats. Un départ qui augure de nouvelles aventures auprès de la FOL, notamment la préparation de la célébration des 150 ans de la Ligue de l’enseignement.

Voici le rapport moral qu’elle a écrit à cette occasion

« Dans notre France moderne, qu’est-ce donc que la République ? C’est un grand acte de confiance ».

J’avais envie d’ouvrir cette assemblée générale,- assemblée que je préside pour la dernière fois- ouvrir par ces mots de Jaurès. Dire avec des mots simples et forts ce qui doit nous tenir ensemble pour conduire le combat de tous les jours ,au service d’une démocratie attaquée de toutes parts.

Tout au long de l’année 2013 malgré les multiples obstacles rencontrés, avec pugnacité, mais avec CONFIANCE, la Fédération d’Eure et Loir de la Ligue de l’Enseignement a mené son action citoyenne dans tous ses champs d’activités, consolidant ,développant, innovant tout en consacrant temps et énergie à la confrontation au réel du terrain ,à son décryptage , à sa mise en perspective avec notre action quotidienne et à l’élaboration d’un projet d’avenir-notre « projet fédéral »- essayant de prendre en compte l’évolution de plus en plus rapide de nos territoires, les incertitudes économiques, mais surtout ces femmes et ces hommes qui ont bien du mal à trouver leur place dans cette société où l’épreuve de force entre marchandisation et coopération est engagée.

Marquée par le vote de la loi d’orientation et de programmation pour l’Ecole de la République, l’année 2013 a été, pour le mouvement éducatif que nous sommes, génératrice d’espoirs ,et ce malgré les multiples incompréhensions que cette loi a pu susciter !

Alors que nous étions déjà engagés dans la refonte de notre projet fédéral-avec la décision en juillet 2012 d’aller à la rencontre de nos associations à travers un panel d’une trentaine d’entre elles-il nous est clairement apparu que nous devions mener de concert notre travail sur la vie associative et notre rôle fédératif, à l’éclairage opportun de la loi sur la Refondation de l’école. D’où la mise en place de deux groupes de travail prioritaires : Refondation de l’école et vie associative, groupes associant toujours élus et salariés de l’ensemble des secteurs d’activités de la fédération. Si ce travail, lourd à conduire ,(merci à Nathalie Arnoux qui n’a compté ni son temps ni son énergie pour faire avancer l’équipe) si ce travail n’est pas terminé, il aura permis de progresser dans la transversalité des projets, dans la construction d’ une culture commune « Ligue » et de souder les équipes, participant ainsi à la cohérence de notre engagement commun. Je tiens à saluer chaleureusement le travail fourni par l’équipe de permanents et de salariés, ainsi que l’implication des élus , non seulement du CA de la FOL, mais également des CD USEP et UFOLEP. Merci à tous et sachons poursuivre ENSEMBLE la mise en œuvre d’un beau projet fédéral ,réaliste et mobilisateur pour nos associations.

Le gouvernement a fait de la jeunesse SA priorité. Ecouter, entendre la jeunesse et construire avec tous et pour tous un avenir respectueux de chacun dans l’intérêt général, c’est bien là notre volonté. Aujourd’hui, les associations partenaires de l’école, et notamment celles que l’on qualifie d’éducation populaire se doivent d’être les éléments d’une nouvelle politique éducative ambitieuse pour le pays .Elles occupent une place tout à fait prépondérante dans le paysage éducatif français , et nul besoin de convoquer la grande histoire de l’école publique laïque pour s’en convaincre ! Il suffit simplement de mesurer l’ensemble des actions et des engagements que ces associations, leurs bénévoles et professionnels prennent chaque jour sur le terrain au côté de l’Ecole et de certaines collectivités locales. Mais pour autant a-t-on vraiment l’ambition d’une réelle communauté éducative comme la loi d’orientation pour l’Ecole de 1989 l’instituait déjà ?

On peut regretter la maladresse de Vincent Peillon d’être « entré » dans la mise en oeuvre de la Refondation de l’Ecole par le seul aspect des « rythmes scolaires »,confisquant déjà dans les mots mêmes- la notion de rythmes de l’enfant , et laissant le débat s’enferrer dans le conflit autour de l’organisation du seul temps scolaire, offrant à une opposition déchainée, l’occasion d’une instrumentalisation politique démobilisatrice. Pourtant avec le schéma proposé d’établir des Projets éducatifs de territoire(PEDT) il est possible de mobiliser des savoirs -faire issus des loisirs périscolaires ou de l’accompagnement éducatif pour nourrir des projets adaptés et partagés. L’enjeu est, non seulement de rééquilibrer le travail scolaire sur la semaine, mais bien de penser un élargissement de l’obligation publique en matière éducative(et non seulement scolaire)en reposant la question de l’accès des enfants à des temps éducatifs non scolaires de qualité, sur tous les territoires. Si la réforme de la semaine scolaire a mobilisé beaucoup d’énergies-parfois contradictoires sur certains territoires, nous devons nous, association complémentaire de l’Ecole , mais aussi association d’éducation populaire , renforcer notre appui aux collectivités et aux acteurs locaux ,au service de l’éducation partagée et d’une meilleure articulation entre les enjeux de réussite scolaire , et de réussite éducative. Dans cette optique nous revendiquons la qualité des activités périscolaires. Elles doivent promouvoir un accompagnement associant la culture, l’expression artistique, le sport, les pratiques numériques, la citoyenneté… animées par un encadrement satisfaisant, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. C’est à ces conditions seulement, pour l’intérêt de l’enfant et de son éducation globale que nous contribuerons à relever le défi de refonder une école au service d’une république plus démocratique, laïque, sociale et solidaire.

Cette nécessaire démarche d’écoute, de soutien, d’information et de formation est déjà en route. Au fil de nos réunions de travail elle s’affine et se structure, afin de mieux « coller » à la réalité. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir en deuxième partie d’après- midi au cours du point d’étape sur le projet fédéral.

Historiquement créées autour de l’Ecole, souvent seul repère social et culturel de territoires majoritairement ruraux, nos associations ont dû évoluer avec la société et parfois dériver jusqu’à perdre leur identité. La transmission des valeurs fondatrices ne s’est pas toujours faite ou n’a pas toujours suffit à préserver cette dimension « association complémentaire de l’école » au profit de la dimension « club ». Proposant des activités alléchantes, souvent bien conduites d’ailleurs par des camarades investis , leur projet associatif y a souvent perdu de sa substance, et un grand nombre de nos associations-comme à certains moments notre fédération elle-même- n’a plus que « gérer » des activités ,des manifestations .Ces constats nous avons pu les vérifier au cours de nos rencontres avec les associations du panel retenu dans le cadre du projet fédéral. Je précise qu’il s’agit d’associations représentatives de notre réseau aujourd’hui , avec des « historiques » comme l’Amicale laïque de Châteaudun ou de nouvelles formes associatives qui nous rejoignent comme Conie Créatif ceci, pour prendre deux exemples du territoire qui nous accueille . Les camarades ont besoin de redonner du sens à leur action et souhaitent connaitre ,partager ,construire avec les autres acteurs de leur territoire. La Refondation de l’Ecole, enjeu de société s’il en est, est une opportunité pour tous de dialoguer, réfléchir, et apporter sa pierre éducative aux activités de loisirs que nous proposons .Tous les secteurs de la fédération intègrent cette dimension éducative et citoyenne dans leurs propositions. Nous assistons à la fin des relations simples, à la généralisation du soupçon envers toute action désintéressée. Cette conscience critique conduit tout droit à la perte de la confiance et à une société de défiance généralisée.

Et pourtant notre société valorise le don, la bienveillance, le souci d’autrui, mais cette valorisation est ambiguë : on décrète une journée de la gentillesse, comme il y a eu une année du bénévolat. Tout cela est somme toute cosmétique et souligne que ces choses sont à la marge des choses sérieuses. La vérité est que nous vivons une époque de libéralisme exacerbé , de concurrence généralisée entre les personnes elles-mêmes.

Alors, à nous , Fédération de la Ligue de l’enseignement, dans la mise en œuvre de notre projet fédéral ,à nous de savoir répondre très concrètement aux aspirations des associations et construire avec elles un monde émancipateur et solidaire.

Heureusement, s’associer va continuer d’être une raison d’agir extrêmement puissante. Il faut que nous ayons clairement conscience qu’une épreuve de force est engagée entre le mouvement de la marchandisation et celui de la coopération. Le mouvement associatif a devant lui une responsabilité considérable à cet égard.

Alors faisons acte de confiance, faisons nous confiance. Analyser les contraintes et en tenir compte mais sans jamais oublier l’idéal, tracer des perspectives tout en s’employant à toujours dire la vérité : Tenir en permanence les deux bouts de la chaine. Et ainsi tous ensemble s’attacher à faire vivre la République fraternelle et émancipatrice que nous tenons à léguer à la Jeunesse.

 

Voici le discours de Thierry Jourdan, trésorier de la FOL 28
Roseline,

Il me revient aussi l’honneur de dire quelques mots même si je ne suis pas un spécialiste des discours et que j’ai plus l’habitude de parler à une bande de jeunes lycéens plutôt qu’à une bande de ligueurs.

21 mandats de présidente, c’est beaucoup et peu à la fois, je dirais que tu as atteint tout juste l’âge de la majorité citoyenne donc tu peux voter maintenant.

Citoyenneté quel beau mot qui symbolise toute ton action au sein de la ligue. Tu es arrivée à la présidence de la Fédération  il y a un peu plus de 21 ans à un moment où personne ne voulait de la place.
Il est vrai que la situation de la Fédération à l’époque pouvait en effrayer plus d’un. Mais pas toi car tu savais que c’est en défendant les valeurs de la Ligue que la FOL pouvait se relever.

« Vivre ensemble » voilà une des valeurs de la Ligue qui reflète ton action en tant que présidente.
Tu as toujours voulu t’identifier comme la présidente de la Ligue et pas seulement de la FOL c’est-à-dire de l’ensemble de nos FOL, Vacances pour Tous, UFOLEP ou USEP.

« Faire Société » voilà aussi une autre valeur de la Ligue que tu as su brandir.
Tu as su emmener notre Fédération au plus près des habitants, dans tous les territoires, dans tous les secteurs que ce soit dans le Perche (je pense aux Rendez-vous Contes), dans le Drouais ou dans le Pays Chartrain, ici dans le sud du département avec cette AG car c’est toi qui as toujours défendu d’aller pour nos AG au plus près de nos associations.
Tu as su rester attachée à ton association de base « le Foyer rural des jeunes et d’Education populaire de Digny » alors même que la mission de présidente de la Fédération prenait le temps de 3 emplois!
Je ne vais pas décliner ici toutes les actions, toutes les orientations politiques que tu as menées sur la longue route qu’est celle de la Ligue, même si elle reste encore très largement en construction. Mais tu as su faire avancer notre Fédération de très nombreux kilomètres.

21 mandats, quel chiffre important surtout dans ce 21ème  siècle. Je suppose que tu as fait exprès d’arrêter au moment où des actions comme l’Agenda 21 se développe.
21 c’est le nombre atomique du Scandium.
Selon les chimistes, il s’agit d’un métal de transition.
Donc peut-être as-tu attendu cela pour passer le relais, faire la transition après avoir fait société.

Même si on est un mouvement laïque, j’ai recherché ce que signifiait le chiffre 21 en numérologie.
Ce chiffre signifie l’inspiration créatrice alors tu vois, tu dois continuer à nous inspirer pour continuer à créer.
Je ne sais pas si ce soir à Paris aux Invalides les 21 coups de canons seront tirés comme cela est fait à l’occasion de l’élection de chaque nouveau président, non pas celle de la Ligue 28 mais de la République, mais sache que les 21 coups de canon résonneront dans nos cœur de  Républicains

Nous sommes heureux que tu poursuives la route avec nous, que tu aies su t’engager dans un autre anniversaire en 2016, celui des 150 ans de la Ligue et bien sûr d’autres nombreux projets comme celui-ci,  qui méritent toutes les lumières d’une Ligueuse comme toi.
En effet, comme on pourrait  dire la Ligue tu es tombée dedans quand tu étais petite.
Voilà, pour finir je vais faire référence à ton métier d’institutrice (je rappellerai à chacun qu’avant d’être présidente de la FOL tu étais institutrice) en citant  Jean Jaurès :
« On n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on n’enseigne et on ne peut enseigner ce que l’on est ».
Tu es Ligueuse au plus profond de toi-même  et tu as su nous le faire partager, tu as su me l’enseigner tout au long de ces années et pour cela je t’en remercie.
Donc voilà j’espère avoir su être digne de tes discours et nous souhaitons tous te dire merci Roseline d’avoir été présidente de la FOL durant toutes ces années et d’avoir su porter les idées de la ligue

Merci de votre écoute

Celui de Martine Vivès , Secrétaire Générale de la FOL28

Roseline

Je me sens bien peu de légitimité pour parler du passage de Roseline à la présidence de la F.O.L d’Eure et Loir. Mon cheminement à ses côtés est beaucoup trop récent, ma connaissance de la grande entité Ligue de l’Enseignement trop superficielle et incomplète pour oser évoquer quoi que ce soit au risque de dire des énormités.
Je peux, par contre, évoquer la personne, je devrais dire la personnalité, de celle qui a indiscutablement marqué de son empreinte l’histoire locale de la Fédération.
Au-delà de ces quelques mots, il appartiendra au niveau national de retracer avec davantage d’exactitude et de précision son engagement total au service de l’association.
En ce qui me concerne, et je me bornerai à ces considérations personnelles, j’ai toujours été profondément frappée par son énergie farouche et sa détermination sans faille dans des idées dont on ne pouvait à aucun moment douter qu’elle les avait indiscutablement chevillées au corps. Quelle énergie ! Quel courage ! Quelle présence !
Sans ostentation, mais avec toujours la foi profondément enracinée dans des convictions profondes faites d’espoir, de partage, de justice, d’écoute, d’attention, de confiance …
Et de la confiance, il en faut pour traverser les vents contraires, les chausse-trappes, les mauvais coups du sort qui ne manquent pas de s’accumuler sur la route des rêveurs aux grands idéaux !
J’avoue avoir été chaque fois admirative des discours qu’elle nous servait aux Assemblées Générales ou autres manifestations, où chaque mot avait sa place, était pesé, marquait de tout son poids le message qu’elle voulait transmettre, au service des idées qu’il devait porter.
Infatigable, inlassable, ne baissant jamais les bras, comme un pèlerin sur le chemin, avançant sans douter du bien fondé de son engagement.
J’ai découvert La Ligue de l’Enseignement à ses côtés, et si j’ai eu quelques difficultés à en cerner la réalité locale dans les débuts, je me suis vite retrouvée totalement dans l’affirmation de ses valeurs. J’en ai aussi tiré de merveilleux moments de richesses et d’échanges.
Des moments difficiles à la tête de la Fédé d’Eure et Loir, Roseline en a connus, et cela dès sa prise de fonction, à un moment où la F.O.L était au bord du dépôt de bilan. Avec courage, elle a su faire face et limiter les dégâts en sachant, toujours, associer l’équipe aux prises de décisions.
Ne craignant ni les challenges, ni les défis, elle a aussi osé la remise en route de Mauzac. Hélas le contexte et la conjoncture avaient déjà beaucoup trop évolué pour permettre la réussite de cette entreprise audacieuse. Mais là encore, l’énergie et la volonté n’ont pas fait défaut.

Roseline fait partie de ces femmes capables de porter avec force, convictions et engagements.
A défaut d’être la personne appropriée pour la remercier au nom de la F.O.L d’Eure et Loir, je voudrais simplement lui témoigner mon admiration, mon affection et ma reconnaissance.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s